1848 : le succès d'une révolution politique, l'échec d'une insurrection sociale

Dernière modification : 20.07.2005

Travail préliminaire sur l'intitulé:

Reportez-vous à la méthodologie pour retrouver les règles de ce travail.

1848 = Fin de la "Monarchie de Juillet", début de la Seconde République Révolution = changement important dans un domaine, ici politique Insurrection sociale = ici par un désir de justiice sociale dans un contexte de misère populaire

Introduction :

Rappel du sujet

Deux insurrections parisiennes, l’une de caractère politique en février 1848 et l’autre réclamant davantage de justice sociale, en juin, marquent la naissance de la Seconde République.

Problématique Quelles sont les caractéristiques de ces deux insurrections et leurs conséquences ?
Annonce du plan Nous verrons dans un premier temps celles de la première révolution de février puis la révolution sociale de 1848

 

I. La révolution politique de février 1848

Origines :

-- impopularité croissante du gouvernement de Louis Philippe, de plus en plus autoritaire*
- crise économique qui met au chômage des centaines de milliers d’ouvriers
- les masses populaires réclament plus de démocratie (c’est un mouvement d’ampleur européenne)

Déroulement :

- insurrection

- fuite du roi

- proclamation à Paris du retour au régime républicain

Conséquences :

De considérables avancées démocratiques

Phrase de transition : maintenant que nous avons vu……nous allons voir…
II. L’insurrection sociale de juin 1848

Origines :

Les masses populaires attendent du nouveau régime des lois sociales pour mettre fin aux abus du patronat, mais le gouvernement considère que seules les libertés politiques sont nécessaires. Il met donc fin aux ateliers nationaux pour renvoyer les chômeurs en province

Déroulement :

Les ouvriers venus à Paris pour être secourus sont déçus et refusent cette mesure. Ils se barricadent dans certains quartiers à Paris. L’armée massacre les insurgés, les survivants sont déportés

Conséquences :

La peur du « péril rouge »* provoque la victoire électorale du « parti de l’Odre* » formé de bourgeois conservateurs* et réactionnaires* :

Conclusion :

Rappel du sujet L’année 1848 a connu deux révolutions.
Conclusion des parties La première, d’ordre politique fut un succès qui aboutit à une considérable avancée démocratique tandis que la seconde révolution, d’ordre sociale, est un échec qui provoque une réaction conservatrice.
Extension Louis Napoléon Bonaparte, élu président de la République saura exploiter la déception populaire pour assurer le succès du coup d’Etat qui mettra fin à la république.

Conseils et observations:

Ce sujet de mineure peut être la première partie d'un sujet de majeure sur la Seconde République (1848 - 1852)

Les questions auxquelles vous devrez savoir répondre:

la révolution politique de février
1) Combien de facteurs expliquent la chute de la Monarchie de Juillet ?
2) Comment se déroule ce mouvement révolutionnaire ? Quelle en est l’issue
3) Quels sont les acquis démocratiques de 1848 ?
4) Lesquels sont définitifs depuis 1848 ?
l’échec de la révolution sociale
1) Qu’attendaient les ouvriers de la République ?
2 ) Quel est l’événement déclencheur des journées insurrectionnelles de juin ?
3 ) Comment se déroule cette insurrection ? Quelle en est l’issue ?
Conséquence de cet échec : une réaction politique conservatrice
1 ) Quelle est la conséquence politique de cette insurrection ?
2 ) Qui est élu président de la République ?
3 ) Quelles mesures prend le nouveau gouvernement de la II République en ce qui concerne le droit de vote et la liberté de presse ?
4 ) Est-ce une évolution libérale ? Justifiez votre réponse


Victor Hugo plante un "arbre de la liberté" à Paris en 1848.

Deux révolutions : la révolution politique de février
1) Le gouvernement devient de plus en plus impopulaire
Une grave crise économique provoque un important chômage
La population regrette les principes démocratiques de la Révolution
2) Comment se déroule ce mouvement révolutionnaire ? Quelle en est l’issue ? Une émeute chasse le roi et le retour à la République est proclamé
3) Quels sont les acquis démocratiques de 1848 ?
Il y a le retour au suffrage universel masculin, les libertés de presse et de réunion, l’abolition de la peine de mort en matière politique et l’abolition de l’esclavage dans les colonies.
4) Lesquels sont définitifs depuis 1848 ?
Le rétablissement du suffrage universel masculin (sans obligation de résidence), l’abolition de la peine de mort pour des délits politiques et l’abolition de l’esclavage dans les colonies (il est remplacé par le travail forcé), sont définitifs
Les autres acquis démocratiques disparaissent sous le Second Empire : la liberté de la presse et la liberté électorale (le Second Empire manipule l’électorat par la pratique du plébiscite et de la candidature officielle, de plus la Constitution retire tout pouvoir aux Chambres législatives)
: l’échec de la révolution sociale
1) Les ouvriers veulent des réformes sociales qui amélioreraient leur sort face à leur exploitation sans limites de la part du patronat (il n’y a pas de limite d’âge ni de durée du travail, ni de salaire minimum)
2) Il s’agit de la décision de la part de l’Assemblée, de la fermeture de ces chantiers qui donnaient du travail aux chômeurs, en juin 1848.
3) Les insurgés forment dans les rues des barricades et le gouvernement envoie l’armée. La plupart des insurgés périssent dans les combats, les survivants sont envoyés au bagne.
Conséquence de cet échec : une réaction politique conservatrice
1) Le pays, et surtout les paysans qui forment la majorité de la population, ont eu peur devant le « péril rouge » : le « parti de l’ordre » en profite pour rétablir son influence contre les républicains accusés d’avoir ébranlé l’ordre social qui repose selon ce parti sur le respect des hiérarchies traditionnelles et donc sur la soumission du peuple aux décisions des classes dominantes
2) Il s'agit de Louis Napoléon Bonaparte, neveu de Napoléon Ier, il bénéficie du prestige attaché à son oncle pour se faire élire président de la II République et du soutient du parti de l’Ordre qui pense le manipuler à son gré
3) La loi électorale de 1850 écarte du droit de vote les ouvriers, constamment obligés de changer de région pour travailler, qui ne peuvent justifier de trois ans de résidence fixe . L’augmentation des taxes sur la presse augmente le prix des journaux afin que certains journaux populaires disparaissent…
4) C’est une mesure anti-libérale, une réaction*, car cela restreint les libertés politiques

Vocabulaire

Libéral En politique=favorable à l’extension des libertés personnelles.
Réaction, en politique Retour à un modèle politique antérieur, en général moins démocratique
Conservateurs En politique il s’agit de ceux qui veulent conserver la hiérarchie sociale fondée sur la richesse et les valeurs traditionnelles comme la religion, la famille et les notions d’ordre comme l’obéissance aux « autorités naturelles » comme le père, le mari, l’Etat. Ils s’opposent à toute remise en question de ces hiérarchies et pour cela sont hostiles à la contraception et à l’égalité entre les hommes et les femmes dans la société.
Censure Contrôle exercé par le gouvernement sur toute oeuvre destinée à être livrée au public ( ex : presse, spectacles etc.)
« Péril rouge » Peur, de la part des propriétaires, petits paysans comme grands bourgeois, que les classes populaires, à la faveur d’un mouvement révolutionnaire, imposent une plus juste répartition des richesses et de la propriété. (la couleur rouge est celle de la révolution populaire)
« Parti de l’Ordre » Parti formé des conservateurs et des réactionnaires, c’est à dire de ceux qui veulent conserver la hiérarchie sociale basée sur les inégalités de fortune et la concentration du pouvoir dans les mains d’une élite. Ils veulent par conséquent supprimer les droits acquis par les classes populaires. Ils considèrent la religion comme étant un rempart traditionnel contre les idées révolutionnaires par la soumission qu’elle prêche devant la hiérarchie sociale