La difficile naissance de la IIIe République : la Commune de Paris

Dernière modification : 20.07.2005

Travail préliminaire sur l'intitulé:

Reportez-vous à la méthodologie pour retrouver les règles de ce travail.

Synonyme de difficile naissance = débuts cahotiques, complexes
Limites chronologiques de la Troisième République: de 1870 à 1940, c'est la plus longue à ce jour
Définition de la Commune: un gouvernement insurrectionnel contre le gouvernement légal issu des élections

Introduction :

Rappel du sujet La IIIe République qui commence en 1870 et se termine en 1940, a connu des débuts chaotiques avec l’insurrection de Paris, la capitale, contre le gouvernement
Problématique Quelles ont été les caractéristiques de la Commune ?
Annonce du plan Dans cet exposé, nous verrons dans un premier temps les origines de cette insurrection, puis son déroulement et enfin ses conséquences.…

 

I. Origine : Paris humiliée.

· Par la défaite et les conditions du traité de paix avec l’Allemagne (perte de l’Alsace Lorraine)


· Par le résultat des élections : les Français ont voté pour les royalistes car les républicains proposaient la reprise de la guerre = les Parisiens qui depuis la Révolution française sont républicains, ont peur d’une restauration*



II. Le déroulement de l’insurrection.

III Conséquences.

 

Conclusion :

Rappel du sujet La IIIe République débute avec un mouvement révolutionnaire dans la capitale
Conclusion des parties Celui-ci a été dû à l’humiliation ressentie par les Parisiens face à la défaite et à l’élection d’une Chambre royaliste. Ce gouvernement parallèle, appelé « Commune de Paris » dure trois mois et sa répression, très dure, affaiblie l’opposition républicaine.
Extension Toutefois, les républicains sauront s’organiser dans les années suivantes et dix ans après la Commune éliminent définitivement le danger d’une restauration royaliste. Les déportés communards sont alors graciés.

Conseils et observations:

Voici quelques documents annexes et quelques adresses internet pour en savoir plus sur cet important épisode de l'Histoire de France

Site sur la Commune: http://perso.club-internet.fr/lacomune/pages/parent.html

Images sur la Commune: http://www.library.northwestern.edu/spec/siege/ This site contains links to over 1200 digitised photographs and images recorded during the Siege and Commune of Paris

Encyclopédie encarta

CHRONOLOGIE INDICATIVE DE L'HISTOIRE DU MOUVEMENT OUVRIER FRANCAIS
DE LA REVOLUTION FRANCAISE A LA FIN DES ANNEES 2000

par Stéphane Sirot, complétée par Michel Cordillot, René Lemarquis et Claude Pennetier
http://maitron.org/histoire/chrono/chrono3.htm

1871
18 mars.- Début de la Commune de Paris, après une tentative de l'armée pour reprendre les canons de Montmartre et de Belleville
23 mars.- Proclamation de la Commune à Lyon et à Marseille.
24 mars.- Tentative de Commune à Nîmes, qui échoue. Proclamation de la Commune à Narbonne et à Toulouse. A Lyon, fin de la Commune.
26 mars.- Élection de la Commune de Paris. Sur 80 membres élus, 25 sont des ouvriers. Parmi les élus figurent Eugène Varlin, Zéphirin Camélinat, Benoît Malon, Léo Frankel, dirigeants de l'Internationale. Proclamation de la Commune au Creusot (Jean-Baptiste Dumay).
28 mars.- Échec de la Commune de Toulouse et du Creusot.
31 mars.- Échec de la Commune de Narbonne.
4 avril.- Échec de la Commune de Marseille.
21-28 mai.- Au terme des combats de la " Semaine sanglante ", les troupes versaillaises reprennent Paris. Il y a des milliers de morts, des dizaines de milliers d'arrestations. De nombreux militants, traqués par la police, fuient Paris et cherchent refuge en province ou à l'étranger.
28 mai.- Eugène Varlin est fusillé
17 août-22 septembre.- Grand procès des Communards.


1879
3 mars.- Vote d'une loi d'amnistie partielle, qui concerne les Communards. Elle sera promulguée le 5 avril.
1880
23 mai.- Manifestation des survivants de la Commune de Paris. Une cérémonie a lieu au Mur des Fédérés.
11 juillet.- Vote d'une loi d'amnistie plénière en faveur des condamnés de la Commune. Retour de Louise Michel.

Le programme de la Commune
Bien que n’ayant existé que peu de temps et qu'elle fut absorbée par les impératifs militaires, l’œuvre de la Commune est d’une richesse foisonnante.
La Commune entend réaliser l’aspiration du mouvement ouvrier français du XIXe siècle : "l’émancipation des travailleurs par les travailleurs eux-mêmes". Fidèle à la Constitution de 1793, qui assignait à la société politique l’objectif d’établir " le bonheur commun ", la Commune se veut " la Sociale ". Répondant aux aspirations populaires, elle abolit le travail de nuit, interdit les amendes et retenues sur les salaires, combat le chômage, interdit l’expulsion des locataires, exerce un droit de réquisition sur les logements vacants. L’armée est remplacée par la Garde nationale, c’est-à-dire le peuple en armes, élisant ses officiers et sous-officiers. La Commune établit la gratuité de la justice, instaure l’école laïque, gratuite et obligatoire, crée un enseignement professionnel, y compris pour les filles. Tout, certes, n’est point réalisé. Mais que d’anticipations !

http://increvablesanarchistes.org/affiches/acc_affiches.htm

La répression est féroce, à la mesure de la peur et de la haine des classes dirigeantes : 25 000 à 30 000 massacrés (dont femmes et enfants),
36 000 prisonniers, 4586 déportés en Nouvelle-Calédonie.
"Le jeudi 25 mai 1871 alors que les hommes abandonnaient la barricade de la rue du Château-d'eau, un bataillon de femmes vint en courant les remplacer. Ces femmes, armées de fusils, se battirent admirablement au cri de : "Vive la Commune!". Nombreuses dans leurs rangs, étaient des jeunes filles. L'une d'elles, âgée de dix-neuf ans, habillée en fusilier-marin, se battit comme un démon et fut tuée d'une balle en plein front. Lorsqu'elles furent cernées et désarmées par les Versaillais, les cinquante-deux survivantes furent fusillées."

"J'ai vu une jeune fille habillée en garde national marcher la tête haute parmi des prisonniers qui avaient les yeux baissés. Cette femme, grande, ses long cheveux blonds flottant sur ses épaules, défiait tout le monde du regard. La foule l'accablait de ses outrages, elle ne sourcillait pas et faisait rougir les hommes par son stoïcisme."
The Times 29 mai 1871

Victor Hugo : " Le cadavre est à terre, mais l’idée est debout. "

Louise Michel

Ayant vu mourir tous ses amis et surtout Ferré, qu’elle aimait, elle réclame, au tribunal « sa part de plomb », c’est à dire la même peine de mort .C'est sans doute en l’apprenant que Victor Hugo écrit son poème «Viro Major». Louise Michel fut condamnée à la déportation en Nouvelle-Calédonie. Elle revint à Paris après l'amnistie, le 9 novembre 1880. son retour à Paris est triomphal. «Un visage aux traits masculins, d’une laideur de peuple, creusé à coups de hache dans le cœur d’un bois plus dur que le granit... telle apparaissait, au déclin de son âge, celle que les gazettes capitalistes nommaient la Vierge rouge, la Bonne Louise»

A propos de Louise Michel :
La Commune publié chez P.V. Stock, 1898 ainsi que ses Mémoires, Paris: F.Roy Libraire-Editeur, 1886 et
Souvenirs et Aventures de ma vie, publié chez Maspero, 1983.

Le dernier couplet de la chanson de Jean-Baptiste Clément est dédié à Louise, une femme qui avait défendu à ses côtés les barricades de la rue des Trois-bornes et dont il n'avait retenu que le prénom.

LE TEMPS DES CERISES

Paroles Jean-Baptiste Clément, musique de Antoine Renard http://drapeaurouge.free.fr/ : chants révolutionnaires

Quand nous chanterons le temps des cerises
Et gai rossignol et merle moqueur
Seront tous en fête.
Les belles auront la folle en tête
Et les amoureux du soleil au cœur.
Quand nous chanterons le temps des cerises
Sifflera bien mieux le merle moqueur.

Mais il est bien court le temps des cerises
Où l'on s'en va deux cueillir en rêvant
Des pendants d’oreilles.
Cerises d'amour aux robes pareilles
Tombant sous la feuille en gouttes de sang.
Mais Il est bien court le temps des cerises
Pendants de corail qu'on cueille en rêvant.

Quand vous en serez ou temps des cerises
SI vous avez peur des chagrins d'amour
Évitez les belles.
Moi qui ne crains pas les peines cruelles
Je ne vivrai pas sans souffrir un jour.
Quand vous en serez au temps des cerises
Vous aurez aussi des peines d'amour.

J'aimerai toujours le temps des cerises
C'est de ce temps là que je garde au cœur
Une plaie ouverte.
Et Dame Fortune en m'étant offerte
Ne pourra jamais fermer ma douleur.
J'aimerai toujours le temps des cerises
Et le souvenir que je garde au cœur.

Les questions auxquelles vous devrez savoir répondre:

1) Comment réagit Paris à l’annonce de la défaite de Napoléon III ?

2) Quelles sont les conditions mises à l’armistice par les prussiens ?

3) Quelle est la position des républicains par rapport à la guerre ? Quel en est l’effet immédiat sur les élections ?

4) Comment réagit Paris à l’annonce de la victoire des royalistes et de l’armistice ?

5) Définissez ce qu’a été la Commune

6) D’après les documents, donnez-en les dates du début et de la fin

7) Comment s’est terminé cette expérience révolutionnaire ?

8) Quelle est la conséquence de cet échec pour l’opposition républicaine ?

9) Pourquoi la majorité royaliste de l’Assemblée ne parvient-elle pas à établir une restauration ?

10) Que décide-t-elle de faire pour attendre des conditions plus favorables ?

11) Combien de temps a duré le moment d’hésitation entre un régime monarchique et un régime républicain ?

12) Quelles mesures symbolisent le retour à la République ?

---

1) A l’annonce de la défaite de Napoléon III à Sedan la ville de Paris, ainsi que quelques autres villes de province (voir chronologie) décrète le retour au régime républicain

2) Les prussiens impose un lourd tribu à payer en or et la cession de l’est du territoire avec les régions de l’Alsace et de la Lorraine

3) Les républicains veulent la guerre « à outrance », c’est à dire se battre jusqu’au bout, quels que soient les sacrifices à faire. Mais ils ne sont pas suivis par la majorité de la population qui veut la paix, même au prix de la perte de l’Alsace - Lorraine. C’est pourquoi les royalistes, qui sont eux en faveur de la cessation des combats, sont élus et que les républicains perdent les élections à l’Assemblée Constituante*.

4) Paris se méfie de ce nouveau gouvernement qui d’ailleurs choisi de ne pas siéger dans la capitale mais à Versailles. Lorsque le gouvernement tente de lui enlever ses canons, à Montmartre, elle se révolte, forme un gouvernement parallèle à celui de Versailles, et recommande à toutes les grandes villes de France de la suivre. Mais elle reste isolée, ce qui permet au gouvernement de Versailles d’envoyer l’armée contre les « communards » dont la majorité est massacrée ou envoyée au bagne (=travaux forcés dans les colonies d’Algérie ou de Nouvelle Calédonie)

5) La Commune de Paris a été un mouvement révolutionnaire qui désirait établir un régime républicain en faveur des classes populaires. Son programme, qui n’a pas eu le temps d’être appliqué, était parfois proche de l’anarchisme en ce qu’il visait à supprimer l’Etat et à le remplacer par une organisation basée sur une gestion locale des affaires publiques. C’est la Commune qui propose de créer l’école gratuite, laïque et obligatoire, projet qui sera réalisée par la République en 1881 (lois Jules Ferry)

6) L’insurrection commence le 18 mars1871 lorsque les troupes envoyées prendre les canons refusent de tirer sur les parisiens et fraternise avec eux, et se termine avec la semaine sanglante, le 28 mai 1871

7) Elle se termine par un échec, toutefois, cette expérience fut suivie dans toute l’Europe et, paradoxalement, elle démontra que le nouveau régime était capable de maintenir l’ordre contre les revendication populaires extrémistes….

8) Celle-ci est affaiblie pendant quelques années, ce qui permet au gouvernement de mener une politique réactionnaire « d’Ordre moral* ». Mais l’opposition républicaine se réorganise en quelques années et remporte les élections à tous les niveaux (élections locales, sénatoriales, législatives)

9) C’est l’absence de conciliation du prétendant au trône qui sauve finalement la République, car il exige de revenir à un régime absolutiste, ce qui n’aurait jamais été accepté par l’opinion.

10) L’Assemblée, considérant qu’il faut attendre sa mort naturelle pour mettre sur le trône un souverain plus conciliant décide de porter le mandat présidentiel à sept ans pour pouvoir attendre la succession…

11) Il a duré presque dix ans, du 4 septembre 1870, jour où Paris décide de revenir au régime républicain, jusqu’aux dernières victoires électorales républicaines de 1879-1881.

12) La victoire des républicains s’affirme d’abord par trois mesures symboliques : l’amnistie accordée aux condamnés de la Commune, le choix du 14 juillet comme fête nationale ; celui de la Marseillaise comme hymne national (elle était jusqu’alors considérée comme un chant révolutionnaire et subversif).

Vocabulaire

Anarchiste / Libertaire L’anarchisme est une tendance politique d’extrême gauche considérant que l’Etat est par nature forcément oppresseur. Les anarchistes proposent une organisation de la vie des hommes en société suivant des règles consenties librement à la base afin d’éliminer l’Etat. Certains d’entre eux ont voulu faire connaître leur cause en utilisant le terrorisme et en assassinant des chefs d’Etat, mais la plupart des anarchistes et des libertaires sont des non-violents.
Armistice Accord entre deux belligérants pour mettre fin aux combats et pour préparer un traité de paix
Barricade Obstacle fait de l’amoncelelement d’objets divers pou se mettre à couvert dans un combat de rues.
Commune La Commune de Paris a été un mouvement révolutionnaire qui désirait établir un régime républicain en faveur des classes populaires
communards Insurgés républicains parisiens qui prirent les armes contre le gouvernement légal pro-monarchiste siègeant à Versailles du 18 mars au 28 mai 1871

« Ordre moral »

« Parti de l’ordre »

Nom donné à la politique conservatrice et cléricale poursuivie par les premiers gouvernements de la IIIe République afin de préparer le retour à la monarchie. Elle se caractérise par l’importance donnée à l’Eglise dans les manifestations publiques (pèlerinages, érection du Sacré Cœur à Montmartre, influence de l’Eglise à l’école), et par la limitation des libertés de réunion et de presse. De nombreux fonctionnaires républicains furent destitués, le buste de la République retiré des mairies. C’est pourquoi, lorsque la République s’installe définitivement, les premières grandes lois républicaines concernent la création d’une école laïque (1881), la liberté de la presse (1881), le divorce (1884) et la liberté de réunion. Parti de l’Ordre : parti monarchiste voulant défendre l’ordre, la famille, la religion contre les républicains accusés d’avoir ébranlé l’ordre social qui repose selon ce parti sur le respect des hiérarchies traditionnelles et donc sur la soumission du peuple aux décisions des classes dominantes
« Péril rouge » Peur, de la part des propriétaires, petits paysans comme grands bourgeois, que les classes populaires, à la faveur d’un mouvement révolutionnaire, imposent une plus juste répartition des richesses et de la propriété . (la couleur rouge est celle de la révolution populaire)
Réaction En politique il s'agit d'un retour à un modèle moins démocratique. Après la Commune, le gouvernement, avec sa politique d'ordre moral accompli une réaction, en limitant par exemple les libertés politiques comme la liberté de presse.
Restauration Il s’agit en politique d’un retour à la monarchie
"Semaine sanglante" 21 mai – 28 mai 1871 : Dernière semaine de combats entre l’armée française et les insurgés de la Commune à Paris. Les officiers de l’armée ont pour ordre de fusiller les communards pris les armes à la main